L’agréation des vices apparents à la réception et la responsabilité de l'architecte après l’agréation de ses services

par Ingrid

Supposons que vous n’indiquiez pas un certain défaut dans un procès-verbal de réception provisoire ou définitive. Ce défaut sera-t-il automatiquement considéré comme un vice caché par la suite ? La réponse est « non ». Il peut être considéré comme un défaut apparent après réception des travaux, même s'il n'a pas été mentionné comme tel dans le procès-verbal. La Cour d'appel de Gand l'a confirmé dans un arrêt du 7 septembre 2018 (inédit).

Une autre considération intéressante de la Cour : dans le cas d'un marché public, un prestataire de services ne peut plus être tenu responsable des vices ne relevant pas des articles 1792 et 2270 du Code civil après la réception de ses services.

Les faits

Après la construction d'un centre de revalidation, qui avait été confiée à un architecte assuré par Protect, il est apparu que l’installation de traitement des eaux usées ne fonctionnait pas correctement. Sa puissance était insuffisante.

Le maître d’ouvrage a dû remplacer l’installation en place par un modèle d’une puissance supérieure. Il souhaitait obtenir un remboursement pour les frais correspondants et les frais des travaux de débouchage qui ont été effectués dans l'intervalle.

Les réceptions provisoire et définitive des travaux ont eu lieu respectivement en mars 2008 et juin 2010. Une citation a été signifiée en mars 2011.

Plusieurs éléments ont suscité le débat

D'une part se posait la question de « la faute » de l'architecte. L'étude des techniques n'était pas comprise dans sa mission, mais avait été confiée directement à un bureau d'études par le maître d’ouvrage. Cet architecte a toutefois fourni le cahier des charges dans lequel l’installation de traitement des eaux est décrite et il en a assuré le contrôle lors de l'exécution.

D'autre part se posait la question d’un défaut d'exécution, qui différait ou non de ce qui était décrit dans le cahier des charges.

L'élément déterminant dans ce dossier a cependant été le rapport de chantier d'une réunion tenue quelques mois avant la réception provisoire, et à laquelle avait participé, entre autres, le fournisseur de l'installation. Il ressortait clairement de ce rapport que l'installation était sous-dimensionnée.

Or, l'architecte, l'entrepreneur et le maître d’ouvrage ont également assisté à la réunion. Ils avaient donc connaissance du problème.

Et pourtant... cette réunion a été suivie des réceptions provisoire et définitive des travaux, ainsi que de la libération du cautionnement, sans qu'aucune réserve n'ait été exprimée par rapport à ce problème.

Quel a été la décision de la Cour ?

La Cour d'appel de Gand a estimé, à juste titre, que le sous-dimensionnement de l’installation de traitement des eaux usées était indéniablement un défaut apparent, qui avait été constaté avant la réception et la mise en service du bâtiment.

La Cour d'appel a établi que les procès-verbaux de réception n’émettaient pas de réserve concernant ce problème. Elle a également précisé à juste titre que la réception des travaux couvre les vices apparents qui ne relèvent pas de l'article 1792 du Code civil.

La Cour d'appel a estimé que le maître d’ouvrage aurait dû insister pour que ce défaut apparent soit inclus dans le procès-verbal (ci-après : PV) de réception et/ou pour formuler au moins une réserve à son sujet. En ne le faisant pas et en accordant la réception, il a accepté ce défaut.

Enfin, le juge a conclu qu’après la réception, l'entrepreneur et l'architecte ne peuvent plus être tenus responsables des défauts apparents et/ou connus qui n'ont pas été constatés à cette occasion et/ou pour lesquels aucune réserve n'a été formulée. L’action à l'encontre de l'architecte a donc été déclarée non fondée dans son intégralité en appel.

Dans quelle mesure l'architecte a-t-il failli à ses responsabilités en n'incluant pas lui-même le défaut apparent et connu dans le PV ? Il s’agit sans doute d’une question légitime, mais pas d’une question sur laquelle la Cour a dû se prononcer.

Que retiendrons-nous de cet arrêt ? Un défaut non mentionné dans l'un des PV de réception peut toujours être considéré comme un vice apparent.

La réception couvre-t-elle tous les vices apparents ?

À ce sujet, la Cour d'appel a estimé, à juste titre, que la réception couvre en principe les vices apparents. Un maître d’ouvrage qui a connaissance d'un défaut mais accorde tout de même la réception (sans émettre de réserve), accepte donc ce défaut.

Bien entendu, cette affirmation ne s'applique pas aux vices dits « graves » qui relèvent de la responsabilité décennale prévue aux articles 1792 et 2270 du Code civil.

La responsabilité décennale relative à la solidité d'un bâtiment ou d'une partie importante de celui-ci est une question d'ordre public. De tels défauts ne sont donc pas couverts par la réception.

Plus de responsabilité pour les vices cachés légers après la réception

Un autre élément à retenir de cet arrêt est l'avis de la Cour d'appel selon lequel, dans le cas d'un marché public, l'architecte ne peut être tenu responsable après la réception que s'il existe des défauts qui menacent la stabilité de l'ouvrage (art. 1792 et 2270 C. civ.).

Le juge indique, à juste titre, que sauf disposition contraire du cahier des charges, il n'y a en principe qu'une seule réception pour un prestataire de services dans le cadre d'un marché public. Les articles 156 et 157 de l'A.R. RGE du 14 janvier 2013 précisent en effet que les services seront réceptionnés après leur achèvement total ou partiel, et que cette réception est définitive. L'arrêté royal ne prévoit pas de double réception dans le cas d'un marché de services, contrairement aux marchés de travaux et de fournitures.

Dans la plupart des cas, l'assistance fournie lors de la réception définitive des travaux constitue la dernière intervention de l'architecte. La Cour d'appel conclut donc qu'après la réception définitive des travaux, qui coïncide généralement avec la réception de ses services, l'architecte ne peut plus être tenu responsable des vices cachés légers. Selon la Cour d'appel, seule la responsabilité décennale prévue aux articles 1792 et 2270 du Code civil pour vices graves subsiste après cette réception.

Un point à surveiller en lien avec la loi Peeters ?

Le fait qu'un défaut non mentionné dans le PV de réception provisoire ou définitive puisse encore être considéré comme un vice apparent et connu revêt également de l’importance dans le contexte de la loi du 31 mai 2017 sur l'assurance obligatoire de la responsabilité civile décennale dans le secteur de la construction, dite « loi Peeters ».

L’article 3, 5° de cette loi prévoit en effet que « des dommages apparents ou connus par l’assuré au moment de la réception provisoire ou résultant directement de vices, défauts ou malfaçons connus de lui au moment de ladite réception » sont exclus de l’assurance.

Cette assurance couvre la responsabilité à partir du moment de la réception en question. Il n'est donc pas illogique qu'elle ne s'applique pas aux dommages qui sont connus au départ ou qui résultent de fautes, de vices ou de manquements connus au départ.

À cause de cette exclusion, il est donc fort probable que l’entrepreneur ou le maître d’ouvrage mette l’architecte sous pression pour qu’il ne mentionne pas un certain défaut dans le PV, en arguant qu’il n'y aura pas d'intervention de l'assurance dans ce cas. Néanmoins, comme le montre l'arrêt, cet argument ne serait pas sérieux. Il n'est pas nécessaire qu'un défaut ou un dommage figure dans le PV pour qu’il soit considéré comme connu ou visible au moment de la réception. Céder à une telle demande pourrait, en revanche, entraîner une aggravation de la responsabilité.

Comme toujours, nous conseillons donc à nos assurés de rédiger le PV consciencieusement.

 

Conclusion

Si un défaut n'est pas mentionné dans l’un des PV de réception (provisoire ou définitive), cela ne signifie pas automatiquement qu'il pourra être considéré comme un vice caché par la suite. Par conséquent, le fait qu'un défaut soit considéré (ou non) comme apparent ou connu ne dépend pas nécessairement de sa mention dans un PV de réception.

En règle générale, la réception vaut également agréation des vices apparents, mais ceci ne s'applique pas aux vices relevant de l'article 1792 du Code civil. La responsabilité décennale concernant les défauts affectant la solidité d'un ouvrage ou d'une partie importante de celui-ci est une question d'ordre public.

Par ailleurs, nous retiendrons qu’il est question d'une seule réception pour l'architecte dans le cas d’un marché public, contrairement à la double réception de l'entrepreneur. La réception unique des services architecturaux coïncide généralement avec la réception définitive des travaux.

Dans cette affaire, la Cour d'appel de Gand a estimé que cette réception unique met fin à la responsabilité de l’architecte concernant les vices « légers » et qu'à compter de la réception, il ne peut être tenu responsable qu'à hauteur de sa responsabilité décennale prévue par l'article 1792 du Code civil.

Dans le cadre de la loi Peeters, nous invitons, comme toujours, nos assurés à rédiger le PV de réception consciencieusement, indépendamment de l'exclusion prévue par la loi et l'assurance en question.

Tom Cromphout
Juriste service d’étude

0
0
0
s2sdefault

Bientôt une nouvelle obligation légale d'assurer le RC pour les géomètres-experts.

Le projet de loi du 27 février 2019, déposé par mesdames Cassart-Mallieux et Gallant, reprend l'avant-projet de loi Peeters-Ducarme qui, en complément de la loi Peeters-Borsus du 31 mai 2017 relative à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile décennale des entrepreneurs, architectes et autres prestataires du secteur de la construction de travaux immobiliers, prévoyait une assurance obligatoire de la responsabilité civile professionnelle des prestataires de services intellectuels dans le secteur de la construction.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Abrogation de la législation sur l’accès à la profession en Flandre

Depuis le 1er janvier 2019, en Flandre, les entrepreneurs ne doivent plus disposer des accès à la profession pour pouvoir exercer le métier d'entrepreneur. Le gouvernement flamand a pris cette décision le 19 octobre 2018, en application d’une directive européenne du 7 septembre 2005.
En Région wallonne et en Région de Bruxelles-Capitale, la législation sur les accès à la profession est, à l’heure actuelle, maintenue.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Loi Peeters: Quelles modifications avons-nous apportées au modèle de convention d'architecture?

La Loi relative à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile décennale des entrepreneurs, architectes et autres prestataires du secteur de la construction de travaux immobiliers du 31 mai 2017, dite « Loi Peeters », est entrée en vigueur en date du 1er juillet 2018. 
Cette évolution législative engendre de très nombreuses questions pratiques, dont certaines demeurent encore sans réponse. 
En vue de protéger au mieux ses assurés, Protect a pris soin d’adapter son modèle de convention d’architecture aux exigences nées depuis l’entrée en vigueur de la loi Peeters.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Collaborer avec les entrepreneurs ne va pas toujours de soi

Quel rôle exact est tenu de jouer l’architecte lorsqu’un entrepreneur abandonne le chantier, commet des malfaçons et refuse d’y remédier, ne suit pas les instructions données ou ne respecte pas les règles de l’art ? L’architecte peut-il ou doit-il mettre en demeure l’entrepreneur ?
Cette question est fréquemment posée par nos assurés qui s’interrogent sur les démarches concrètes qui peuvent être entamées dans ce type de situation et, par conséquent, sur les conseils à donner aux maîtres de l’ouvrage sur la marche à suivre.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Position : Les permis délivrés avant le 01/07 mais devenus définitifs après le 30/06 sont-ils soumis à l’obligation d’assurance pour la responsabilité décennale ?

par Sebastian
 

Ces dernières semaines, vous nous avez régulièrement demandé si les permis délivrés avant le 1er juillet 2018, mais devenus définitifs ultérieurement, étaient également soumis à l’obligation d’assurance pour la responsabilité décennale. En d’autres termes : le législateur associe-t-il l’obligation légale d’assurance à la date de délivrance du permis ou lorsque celui-ci devient définitif ?

La loi porte clairement sur les permis d’urbanisme définitifs délivrés après l’entrée en vigueur de la loi. L’obligation légale ne s’applique donc pas aux habitations dont le permis d’urbanisme a été délivré avant le 1er juillet 2018. On peut donc strictement interpréter que la date de délivrance est déterminante. Pour des raisons de sécurité juridique, Protect estime que l’interprétation stricte doit être suivie.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

L’impact de la réforme du droit des entreprises sur la collaboration entre concepteurs

La loi portant réforme du droit des entreprises du 15 avril 2018 a été publiée au Moniteur belge le vendredi 27 avril 2018.
À partir du 1er novembre, cette loi implique diverses modifications de la réglementation en vigueur. Elle introduit ainsi des changements dans le Code civil, le Code judiciaire, le Code pénal et (principalement) le Code de droit économique, mais également dans l’actuel Code des sociétés.
Puisque la responsabilité de nos concepteurs relève de notre champ d’expertise, il nous a semblé important de vous expliquer les conséquences de cette loi sur les formes de collaborations sans personnalité juridique également appelées « sociétés de droit commun » ou « associations momentanées »

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Tâche de contrôle de l'architecte sur la nouvelle obligation d'assurance

Ces dernières semaines, vous avez reçu de notre part et via d’autres canaux de nombreuses informations juridiques sur l’obligation d’assurance concernant responsabilité décennale. Grâce à cette newsletter, nous vous proposons désormais un aperçu indicatif et pratique. Celui-ci détermine les personnes et les bâtiments concernés par l’obligation d’assurance précitée et les problèmes de solidité et de stabilité à partir du 1er juillet 2018. Cette synthèse n’est pas exhaustive, mais vous donnera une vue d’ensemble sur les points auxquels vous devez faire attention ainsi que leurs conséquences.
Une version imprimable des tableaux utilisés dans cette newsletter est disponible ici.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Que retenir de la nouvelle loi Peeters-Ducarme ?

Comme vous avez pu le lire dans notre newsletter précédente, l’obligation d’assurance pour la responsabilité professionnelle, prévue dans la loi Laruelle, sera remplacée par une obligation d’assurance scindée à partir du 1er juillet 2018. Dans cette newsletter, nous y dévoilions le premier volet relatif à l’assurance décennale pour le logement (la loi Peeters-Borsus).

A cette occasion, nous levions également un peu le voile sur la loi Peeters-Ducarme, complémentaire à la première loi et en cours d’élaboration à l’époque. Des bruits de couloir laissaient entendre que cette deuxième loi allait être temporairement reportée.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Le nouveau contrat type d'architecture est disponible sur my Protect

L’introduction du permis d’environnement (en Flandre), la future loi Peeters concernant l’obligation d’assurance portant sur la responsabilité décennale, les récents contrôles réalisés par le SPF Economie relatifs au devoir d’information et l’évolution de la réglementation et de la jurisprudence justifient que Protect ait réalisé une adaptation de son modèle de contrat d’architecture.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Le concepteur est-il automatiquement responsable des suppléments en cas de faute ?

Le coût final d’un projet est parfois plus élevé que ce qui avait été initialement prévu. Souvent, le maître d’ouvrage part du principe que l’architecte doit prendre en charge ces coûts imprévus. Cependant, ce n’est pas toujours le cas. En effet, il est souvent question de coûts de construction différés. De quoi s’agit-il exactement et qui paie ces suppléments ? Vous le découvrirez dans cet article.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Souscrire une police accidents collective ?

Saviez-vous qu’en tant que maître de stage, vous êtes tenu de reprendre vos stagiaires dans votre police RC ? Ceci est mentionné formellement dans le contrat de stage. Protect vous offre encore un produit de plus: l'assurance accidents collective A24+.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Protect révise vos rapports de vérification!

Il y a plus de dix ans, Protect décidait de fournir une assistance juridique à ses assurés pour la rédaction du rapport de contrôle des offres pour les marchés publics. Ceci fut décidé après que Protect ait été confronté à un nombre accru de cas de responsabilité de l’architecte fondés sur un avis juridique erroné dans le rapport d’attribution rédigé par l’assuré.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Assurance obligatoire pour les entrepreneurs: la situation actuelle

Le projet de loi relatif à l'assurance obligatoire de la responsabilité décennale pour les entrepreneurs, architectes et autres intervenants du secteur de la construction de travaux immobiliers et portant modification à la loi du 20 février 1939 sur la protection du titre et de la profession d’architecte, a été voté au parlement le jeudi 11 mai 2017. Il ne fait pratiquement plus aucun doute que cette loi deviendra prochainement la réalité.

En lire plus
0
0
0
s2sdefault

Police chantier unique: à quoi faut-il être attentif?

Beaucoup d’architectes et auteurs de projets du secteur de la construction se voient tôt ou tard confier une mission pour laquelle ils estiment utile de souscrire une police spécifique couvrant leur responsabilité professionnelle. Vous trouverez ci-dessous quelques points auxquels il convient d’être attentif avant de souscrire une police « chantier unique ».

En lire plus
0
0
0
s2sdefault